samedi 13 février 2010

Appel du 83




L’APPEL
des Rroms du 83 Avenue du président Wilson 93100 Montreuil à
LA REVOLUTION DE L’AMOUR SANS FIN


Le nouvel ordre politique national se clôture de partout : finance, intérieur, justice, défense, santé. La culture et l’éducation nationales n’existent pas plus que l’identité. La radicalité de cet ordre nouveau n’a de précédent que celui des deux ordres militaires qui nous précèdent : l’Algérie française et le gouvernement de Vichy.

La terreur est au berceau

Les agents noirs, rouges, verts, roses, oranges, bleus et            de la scène politique, séparés et opposés  sur le plan de la presse et de la télévision, se rassemblent dans un parti unique, sur le plan du réel : l’Union pour La Majorité Présidentielle ou l’Etat.

La télévision et la presse physiquement et mentalement contrôlées par l’oligarchie de l’Elysée, ont pour fonction de produire la fiction d’une chose publique : débats d’opinions et élections.

Les intérêts individuels des agents  bariolés de la scène politique se confondent dans l’unité de leur objectif : la jouissance narcissique et morbide de l’exercice de la domination.

La nullité du discours public atteint la régularité d’un encéphalogramme plat

Un agent orange, François Bayrou, reproche à un agent vert, Daniel Cohn-Bendit, d’ « aimer les enfants  » sur un plateau de France II. Puis les deux fraternisent et forment  un simulacre d’opposition à l’agent bleu, Nicolas Sarkozy, qui contrôle l’Etat et France Télévision, et possède un ministre rose, Frédéric Mitterand, accusé, peu après, à la télévision nationale,   d’ « aimer  les enfants »,  par Marine Le Pen, un agent      .

Il y a quelque chose de pourri dans le royaume de France.

La voix du ministère ment.

Il n’a jamais été trop tard

Dans le réel, parmi nous, il y a le cauchemar, de la majorité, encore, de ceux que le mensonge fait vivre endormi, de la  minorité de  ceux que le mensonge fait mourir en les privant de sommeil, et le rêve des éveillés, peu nombreux encore,  qui s’organisent pour ne plus se faire vivre ou se laisser mourir, ceux qui veulent

vivre heureux en se libérant
Parmi ceux-là, les rroms du 83 avenue du président Wilson 93 100 Montreuil

Nous ne croyons pas qu’il existe sur la scène politique de volonté de sortir de l’hypnose macabre où les politiciens sourient aux téléspectateurs tandis que ceux qui ont intérêt à les voir sourire, les grands propriétaires, qui sont les seuls prestataires de service de la télévision,  fabriquent des cadavres avec les vies des nôtres partout dans le monde.

Il y aura le 16 février 2010, un procès au tribunal d’instance de Montreuil, qui opposera nous qui voulons vivre dans notre castelet de Montreuil et y faire un jardin,  à une Société Civile Immobilière qui veut le détruire pour jouer au jeu morbide de la spéculation.

L’issue possible, étant donné qu’aucun élu n’a le courage d’assumer les vrais problèmes de la polis, est notre expulsion violente et notre réexposition dans la rue à la violence publique.

Ce sera alors à nous d’affronter la polis et de défendre le castelet

Si ceux-là désirent les bombes, nous n’en avons pas, ils sauteront avec les leurs, et nous voulons que le prochain 11 septembre, au lieu du crime ils ne soient qu’entre eux et qu’il n’y ait plus personne.

Le suicide n’est pas des nôtres

Nous appelons tout ceux qui ont du courage et qui sont prêts à mettre leur cœur et leur imagination à l’ouvrage à déserter les lieux du mensonge de l’apocalypse qui vient, pour se rassembler autour d’une fête politique et poétique où nous travaillerons à l’invention d’une sortie du joyeux désastre où nous sommes en avant-garde de tous les autres d’entrer dans

le rêve sans fin de l’amour gitan



le 14 février, avant-veille du procès, Saint Valentin Gitane,
 à la Parole Errante ou Maison de l’arbre,
A partir de 18h00
9, rue François Debergue
93100 Montreuil
Métro Croix de Chavaux (ligne 9)




Bookmark and Share

2 commentaires:

Mr Wilson a dit…

"le rêve sans fin de l’amour gitan"
ça me fait doucement rigoler...
Malheureusement spectateur de ce bidonville, j'ai pu constater comment se mesure l'amour gitan à la fréquence des interventions policières et des secours divers suite aux violences qu'ils s'infligent eux-même (hommes et femmes notemment).
Quand à la volonté de créer un jardin, faut-il nous prendre pour des idiots ? Mais ils sont bien partis en enterrant la ferraille amassée par leur armée de poussette qui moisit dans le terrain, sur les couches de latrines en plein air...

Merci d'arrêter de nous prendre pour des buses, personne n'est dupe !

La voix des Rroms a dit…

Mr. Wilson,
Personne ne vous prend pour une buse. Nous déplorons seulement que vous n'ayez pas compris. Ce que vous appelez un "bidonville" et qui est un squat, n'a jamais été visité ni par la police, ni par les secours. Seul un camion de Médecins du Monde est venu à 2 reprises pour vacciner les enfants. Y auriez-vous vu une intervention policière ou des secours divers suite à des violences?
Puis, "enterrer la ferraille amassée par leur armée de poussettes", est-ce bien raisonnable alors qu'on l'amasse pour la vendre? Certes, il en reste des détritus qui ne sont pas pris par les ferrailleurs, et les habitants ont demandé soit une benne, soit deux containers pour le ramassage des ordures. On attend la réponse de la mairie. Vous pouvez utilement demander des nouvelles à la mairie donc, ce serait une aide.